Un candidat est indisponible certains jours de la période prévue pour l’épreuve de mise en situation pratique. Quand et comment en avertir la FNEIJMA ?

Lorsque que le/la candidat.e sait qu’il/elle ne sera pas libre certains jours de la période prévue pour les épreuves de mise en situation pratiques avant son inscription en ligne, il/elle doit impérativement le mentionner dans l’encart dédié du formulaire d’inscription en ligne.

Lorsque le/la candidat.e ne l’apprend qu’après son inscription, il/elle doit en informer le plus rapidement possible la FNEIJMA qui essayera, dans la limite de ses possibilités, de modifier la date de passage du/de la candidat.e. Lorsque la date de passage ne peut être modifiée et que le/la candidat.e ne se présente pas, cela équivaut à un désistement volontaire de sa part.

En cas d’absence ou de retard à l’une des épreuves, le/la candidat.e est déclaré.e forfait.

La FNEIJMA s’engage à rembourser les frais d’inscription au plus tard 21 jours après le dernier jour d’examen dans deux cas de figure seulement :

  • Pour cause médicale justifiée par un certificat médical explicitant les raisons médicales de l’absence.
  • En cas de force majeure reconnue par la FNEIJMA. Le cas de force majeure s’entend comme un événement qui aura empêché le/la candidat.e de participer aux épreuves du titre MIMA. Cet événement devra présenter un caractère imprévisible, irrésistible et extérieur à la volonté du/de la candidat.e. A contrario, si la FNEIJMA conteste le caractère de force majeure de l’événement invoqué par le/la candidat.e, il appartiendra aux tribunaux compétents d’apprécier la portée des preuves rapportées par le/la candidat.e et les circonstances de l’événement.